L'invention du piano

Le piano, un instrument bien-aimé qui captive les musiciens et les auditeurs depuis des siècles, détient une riche histoire d’inventions et d’innovations.

Dans cet article, nous partons en voyage pour explorer les origines fascinantes du piano et les esprits remarquables à l’origine de sa création.

Du clavicorde au clavecin, nous nous plongerons dans l’évolution des instruments à clavier qui ont finalement abouti à la naissance du magnifique piano tel que nous le connaissons aujourd’hui.

the-invention-of-the-piano

Le piano est l’un des plus beaux instruments que nous connaissions. Par conséquent, nous ne devons pas oublier qui nous devons remercier pour le fait que nous puissions vivre notre passion musicale de si belle manière.

Pourquoi Bartolomeo Cristofori a-t-il inventé le piano ?

L’invention du piano tel que nous le connaissons aujourd’hui remonte à une histoire de frustration. Car dans de nombreux témoignages contemporains, on peut lire que l’inventeur du piano, l’Italien Bartolomeo Cristofori, était très insatisfait du fonctionnement du clavecin.

Le clavecin était l’instrument à clavier dominant de son époque et, du point de vue actuel, peut être considéré comme le prédécesseur du piano.

Qu’est-ce qu’il n’aimait pas dans le clavecin ?

Pour résumer, Bartolomeo Cristofori trouvait le clavecin trop simpliste dans son maniement et sa fonction.

Il critiquait surtout le fait qu’avec le clavecin, et aussi avec le clavicorde qui lui est apparenté, il n’était pas possible de régler le volume de son propre jeu musical.

Christofori ne voulait plus avoir à interpréter tous les morceaux de musique à un seul et même volume, mais pouvoir jouer fort et doucement et ainsi mieux exprimer le caractère de la musique jouée. L’objectif de Bartolomeo Cristofori était donc de pouvoir transmettre les émotions et les humeurs plus spécifiquement à travers la musique.

bartolomeo-cristofori-birthplace-genoa
Padoue, la ville natale de Cristofori dans le nord de l'Italie

Où et quand le piano a-t-il été inventé ?

Bartolomeo Cristofori est originaire de Padoue, en Italie. Né à Padoue en 1655, il est mort à Florence en 1731. Il était considéré comme l’un des fabricants et accordeurs d’instruments les plus talentueux de son époque. Vers 1690, Bartolomeo Cristofori est transféré de Padoue à Florence, à la cour des Médicis. Il y est employé comme facteur de clavecin de la cour et conservateur de la collection d’instruments de musique.

On suppose qu’il était déjà occupé à cette époque à développer une nouvelle forme de clavecin plus souple à jouer. En 1694, Christofori a construit un premier modèle prédécesseur d’un piano moderne à Florence.

Il a continué à développer ce premier exemple dans les années qui ont suivi, jusqu’à produire en 1709 son premier véritable piano, dans lequel Bartolomeo Cristofori avait complètement remplacé la technique de pincement du clavecin par la technique du marteau qui allait devenir courante plus tard.

Le nom que le constructeur lui-même a choisi pour son instrument était le suivant.

« clavicembalo col piano e forte« .

Si tu traduis littéralement ce nom de l’italien à l’anglais, alors cet instrument s’appelait :

« Clavecin qui peut jouer à la fois des notes douces et des notes fortes ».

Au fil des ans, ce nom de produit expansif a été de plus en plus raccourci, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que Piano, que l’on peut traduire en allemand par Klavier.

Bartolomeo Cristofori était-il le seul révolutionnaire des instruments à clavier ?

Bartolomeo Cristofori n’était pas le seul représentant de son époque à souhaiter un jeu de clavier plus dynamique et plus souple.

Outre lui, plusieurs autres facteurs d’instruments ont tenté de perfectionner les instruments de clavecin et de clavicorde existants et de les adapter à l’esprit du temps de la fin du 17e siècle et du début du 18e siècle.

Bartolomeo Cristofori est cependant le premier représentant de sa guilde à y être parvenu. Les autres facteurs d’instruments qui ont travaillé sur le thème de Christofori sont aujourd’hui oubliés.

bartolomeo-cristofori-florence
Florence, où Cristofori a vécu jusqu'à sa mort

À quoi ressemblait le piano de Cristofori ?

Le premier piano de Christofori comprenait quatre octaves. Les marteaux intégrés au piano étaient recouverts de cuir fin. En outre, Bartolomeo Cristofori a mis au point une technique fonctionnelle dans laquelle les marteaux étaient projetés contre les cordes tendues dans le corps du piano en réponse à la pression de la touche pour produire un son, sans retomber ensuite vers les cordes.

Cela permettait aux cordes de vibrer et de produire des sons librement et sans restriction, et rappelle encore aujourd’hui avec force le fonctionnement des pianos et des pianos à queue. De plus, l’inventeur du piano a construit son instrument de telle sorte que lorsque la touche est relâchée, les cordes cessent à nouveau de vibrer, de sorte que le son s’éteint.

Bartolomeo Cristofori a intégré de petits étouffoirs dans son piano à cette fin. Les pédales, qui étaient également intégrées au piano, pouvaient aussi être utilisées pour suspendre ce mécanisme à la demande de l’instrumentiste s’il voulait que les cordes continuent à sonner.

Pour pouvoir produire un volume sonore plus important, Christofori a intégré des doubles cordes à son piano. Cela signifie que deux cordes étaient disponibles pour chaque note.

Quelle a été la réaction à l’innovation de Cristofori ?

Bartolomeo Cristofori était probablement un peu en avance sur son temps. Car parmi ses contemporains, son innovation n’a trouvé que peu de preneurs ou même de partisans. La plupart des musiciens étaient heureux de continuer à jouer du clavecin.

Après que Bartolomeo Cristofori ait amélioré son prototype de piano d’un nouveau type pendant plusieurs années, il a de nouveau arrêté d’y travailler en 1726 et n’a désormais construit que des clavecins.

On pense que la raison en est qu’il estimait ne plus pouvoir améliorer son instrument.

À cette époque, il avait construit un total de 20 pianos, dont trois existent encore aujourd’hui. L’un d’entre eux se trouve dans la collection d’instruments de l’université de Leipzig.

5/5 - (2 votes)